OTHELLO

Traduction François-Victor Hugo – L’action se déroule sur l’ile de Chypre. En pleine tempête, le Maure Otello, chef de guerre victorieux, retrouve sa jeune épouse Desdémone. Mais sur place, il devient surtout la victime de la haine vorace et bien dissimulée de son lieutenant Iago, incarnation brute du mal, prêt à tout pour détruire son maitre.

Extraits

“IAGO. Tu es sûr de moi. Va ! Trouve de l’argent. Je te l’ai dit souvent et je te le redis : je hais le More. Mes griefs m’emplissent le coeur; tes raisons ne sont pas moindres. Liguons-nous pour nous venger de lui. Si tu peux le faire cocu, tu te donneras un plaisir, et à moi une récréation. Il y a dans la matrice du temps bien des événements dont il va accoucher. En campagne ! Va ! munis-toi d’argent. Demain nous reparlerons de ceci. Adieu ! “ p 22

“OTHELLO. Si elle me trompe, oh ! c’est que le ciel se moque de lui-même ! Je ne veux pas le croire.

DESDÉMONA. Eh bien, mon cher Othello ! Votre dîner et les nobles insulaires par vous invités attendent votre présence.

OTHELLO. Je suis dans mon tort.

DESDÉMONA. Pourquoi votre voix est-elle si défaillante? Est-ce que vous n’êtes pas bien ?

OTHELLO. J’ai une douleur au front, ici.

DESDÉMONA. C’est sans doute d’avoir trop veillé. Cela se passera. Laissez-moi vous bander le front avec ceci : dans une heure, tout ira bien. (Elle lui met son mouchoir autour du front)

OTHELLO. Votre mouchoir est trop petit. (Il défait le mouchoir qui tombe à terre). Ne vous occupez pas de ça. Venez, je vais avec vous.

DESDÉMONA. Je suis bien fâchée que vous ne soyez pas bien.

ÉMILIA, seule, ramassant le mouchoir. Je suis bien aise d’avoir trouvé ce mouchoir. C’est le premier souvenir qu’elle ait eu du More. Mon maussade mari m’a cent fois cajolée pour que je le vole; mais elle aime tant ce gage qu’elle le porte sans cesse sur elle pour le baiser et lui parler. J’en ferai ouvrer un pareil que je donnerai à Iago. Ce qu’il en fera, le ciel le sait, mais pas moi. Je ne veux rien que satisfaire sa fantaisie.  » p 52

Le Misanthrope

Alceste hait l’humanité tout entière, en dénonçant l’hypocrisie, la couardise et la compromission. Mais il aime Célimène, jeune veuve coquette et médisante. Il est aimé d’Arsinoé, la prude, et d’Éliante, la sincère. Au moment où il quitte la scène, Alceste quitte également le monde auquel il s’est heurté, et le vrai sujet de la comédie est bien la confrontation du misanthrope et de ce milieu mondain qu’il récuse : par philosophie, certainement, mais également par cet esprit chagrin d’atrabilaire qui en fait l’ennemi de toute sociabilité, comme le montre la manière incongrue et bourrue dont il témoigne à Célimène un amour qui prend à rebours les règles de la galanterie. Cet extravagant est donc certainement ridicule. Mais comment lui reprocher, néanmoins, l’intransigeante pratique des vertus de sincérité, de justice et de droiture ? Parce que Alceste dénonce le monde, c’est bien lui qui permet à Molière, en 1666, de nous en donner une image véritable – jusque dans ses contradictions.

Extraits

“PHILINTE. Vous voulez un grand mal à la nature humaine !

ALCESTE. Oui, j’ai conçu pour elle une effroyable haine.

PHILINTHE. Tous les pauvres mortels, sans nulle exception, seront enveloppés dans cette aversion? Encore en est-il bien, dans le siècle où nous sommes …

ALCESTE. Non : elle est générale, et je hais tous les hommes : les uns, parce qu’ils sont méchants et malfaisants, et les autres, pour être aux méchants complaisants, et n’avoir pas pour eux ces haines vigoureuses, que doit donner le vice aux âmes vertueuses. « 

“ CÉLIMÈNE. C’est pour me quereller donc, à ce que je vois, que vous avez voulu me ramener chez moi?

ALCESTE. Je ne querelle point; mais votre humeur, Madame, ouvre au premier venu trop d’accès dans votre âme : vous avez trop d’amants qu’on voit vous obséder, et mon coeur de cela ne peut s’accommoder.

CÉLIMÈNE. Des amants que je fais me rendez-vous coupable? Puis-je empêcher les gens de me trouver aimable? Et lorsque pour me voir ils font de doux efforts, dois-je prendre un bâton pour les mettre dehors?

ALCESTE. Non, ce n’est pas, Madame, un bâton qu’il faut prendre, mais un coeur à leurs voeux moins faciles et moins tendre. “