La mégère apprivoisée

Présentation

LA MEGÈRE APPRIVOISÉE Comédie en 4 actes de W. SHAKESPEARE – adaptation de Paul Delair (créée à la Comédie Française) 11 h. – 3 f. – Durée : 2 heures

Améliorer cette fiche
Étiquettes :
Nb. de femmes

2
Nb. d'hommes

10
Nb d'interprètes

12
Durée

120 min.

Auteur/Autrice

William Shakespeare

Un des plus grands auteurs de théâtre et poète de tous les temps, Shakespeare détient aussi le record de l'auteur le plus vendu de l'histoire.

En savoir plus

Après la publication de La Comédie des erreurs en 2011, L’Arche publie ici une des toutes premières pièces de William Shakespeare. Christopher Sly se fait jeter, ivre, hors de la taverne et s’endort sous un buisson. Un lord et sa suite le découvrent. Le lord décide de s’amuser à ses dépens; il le fait emmener chez lui dans sa plus belle chambre. On fait croire à Sly qu’il se réveille de quinze années de désordre mental, et qu’il est un noble et riche lord… Pour poursuivre son plaisir, le lord a engagé une troupe de comédiens et offre à Sly le spectacle d’une pièce de théâtre. Baptista, vieil aristocrate de Padoue a deux filles: Catarina, la mégère, au caractère revêche et faisant fuir tout prétendant éventuel et la douce Bianca que convoitent bien des gentilshommes dont Hortensio et Gremio. Lorsque le jeune seigneur Lucentio débarque de Pise, il en tombe immédiatement amoureux et décide de la conquérir. Mais, pour cela, il faut d’abord que Catarina trouve un prétendant; mais qui voudrait d’une jeune fille au caractère aussi épouvantable? C’est alors que Petruchio se présente au père des deux jeunes filles et déclare vouloir épouser Catarina… Shakespeare présente un bel exemple de mise en abyme: les premiers personnages, Sly et le lord, deviennent spectateurs d’une autre pièce de théâtre, ce qui met le vrai spectateur à la marge de la représentation et le force à dédoubler son attention puisque la première pièce continue subrepticement. La tromperie est à l’honneur dans cette comédie: le lord se joue de Sly et Lucentio prend la place de son valet pour mieux arriver à ses fins. La pièce toute entière se joue du spectateur et des repères classiques.

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous et soyez informés de nos prochaines publications...

Adresse e-mail non valide
Vous pouvez vous désabonner à tout moment !