Ivanov

Présentation

IVANOV comédie dramatique de Anton TCHEKHOV – texte français de Philippe Adrien et de Vladimir Ant, 12h. – 5f. – Durée 2h15 –

Améliorer cette fiche
Genres : Drame
Thèmes : amour antisémitisme argent campagne désespoir ennui hiver maladie
Étiquettes :
Nb. de femmes

5
Nb. d'hommes

12
Nb d'interprètes

18
Durée

135 min.

Auteur/Autrice

Anton Tchekhov

Géant du théâtre russe, Anton Tchekhov a commencé par exercer la profession de médecin. Platonov, écrite alors qu'il n'avait que 16 ans, laisse percevoir une acuité et une profondeur qui s'exprimera pleinement dans l'ensemble de son œuvre.

En savoir plus

IVANOV comédie dramatique de Anton TCHEKHOV – texte français de Philippe Adrien et de Vladimir Ant, 12h. – 5f. – Durée 2h15 –

Ivanov est banal. Ivanov est extraordinaire. Il brille comme un trou noir autour duquel tourne et jase tout un petit monde ridicule ou poignant : parasites, richards, cyniques saisis sur le vif avec un humour implacable, trompant leur ennui aux cartes ou noyant leur désespoir dans la vodka. Au cœur de cette société malade, Ivanov se débat sous les ruines de ses idéaux. Anna, sa femme, est mourante et ne le sait pas ; la jeune Sacha, sa voisine, rêve de lui offrir un nouveau bonheur. Hommes et femmes, hostiles ou amicaux, tous ont quelque chose à lui demander : de l’amour, de l’argent, des actes. Ivanov est comme assiégé. Cerné. Et depuis un an à peu près, il n’en peut plus… 

Extraits

“ BABAKINA. Qui c’est ?

LEBEDEV. Notre cher Nicolas Ivanov.

BABAKINA. Ah, lui, c’est un homme, un vrai … Mais il est si malheureux ! …

LEBEDEVA. Qu’est-ce que vous voulez, ma chérie … comment pourrait-il être heureux ! Le pauvre, une erreur pareille ! … Quand il a épousé sa youpine, il pensait que le père et la mère lui donneraient des monceaux d’or … mais ça a été tout le contraire … Dès qu’elle s’est convertie, son père et sa mère n’ont plus voulu la connaître, ils l’ont maudite … et lui, il n’a rien eu, pas un sou. Il peut toujours regretter, c’est trop tard …

SACHA. Ce n’est pas vrai, maman.
BABAKINA. Comment ça  » ce n’est pas vrai« , ma petite Sacha? Tout le monde le sait. Sans l’intérêt, à quoi bon épouser une Juive? Il n’y a pas assez de Russes ou quoi? Il a fait une erreur, ma chérie, une erreur… » p 39

“IVANOV. Je ne suis pas un homme bien … minable … nul. Il faut être aussi minable, usé et alcoolique que Pavel pour m’aimer et me respecter encore. À quel point je me méprise moi-même, mon Dieu ! Je hais ma voix, mes pas, mes mains, mes vêtements, mes idées. C’est ridicule … humiliant ! Il y a un an, j’étais vigoureux et en bonne santé, en pleine forme, infatigable, plein de feu … Je travaillais avec ces mains-là … Je savais parler, même les ignorants étaient émus aux larmes en m’écoutant … Je déplorais le malheur des autres, je m’insurgeais contre le mal. J’ai connu l’inspiration, le charme poétique et doux des nuits de travail … assis à mon bureau jusqu’à l’aube, l’esprit ébloui de rêves, de projets … J’avais la foi, je regardais dans l’avenir comme dans les yeux de ma mère … Et maintenant, bon Dieu ! Fatigué, sans foi, je passe mes jours et mes nuits à ne rien faire. Mon cerveau, mes mains, mes jambes, plus rien ne m’obéit. “ p 76

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous et soyez informés de nos prochaines publications...

Adresse e-mail non valide
Vous pouvez vous désabonner à tout moment !