Derniers remords avant l’oubli

Présentation

DERNIERS REMORDS AVANT L’OUBLI drame de Jean-Luc LAGARCE, 3h. – 3f. – Durée 1h10 – J’aurais préféré ne rien revoir. Je me souvenais suffisamment. Et r…

Améliorer cette fiche
Genres : Drame
Thèmes : argent couple passé remords secrets souvenirs
Étiquettes :
Nb. de femmes

3
Nb. d'hommes

3
Nb d'interprètes

6
Durée

70 min.

Auteur/Autrice

Jean-Luc Lagarce

Grand spécialiste du non-dit, Jean-Luc Lagarce est devenu en peu d'années un véritable auteur classique.

En savoir plus

Un dimanche à la campagne, au milieu des années 80, dans une maison où trois des personnages ont vécu quinze ans plus tôt une histoire d’amour. Puis, ils se sont séparés. Pierre vit toujours en solitaire dans cette maison. Hélène et Paul se sont mariés séparément, ailleurs.
Ce jour-là, ils reviennent, avec conjoints embarrassés et enfant insolente, pour débattre de la vente de la maison, naguère achetée en commun et qui a pris de la valeur, car ils ont besoin d’argent.
Mais sont-ils seulement venus pour cela ? Il y a dans les placards des cadavres sentimentaux, des idéaux morts, des secrets, et des remords…

Extraits

“HELENE. Je mentais. Je mentais, peut-être ai-je toujours menti, je ne sais pas, c’est possible. Peut-être ce n’est pas très agréable à entendre, mais lorsque je vous revis, là, aujourd’hui, peut-être ai-je compris ça, au moins ça : je mentais, tout le temps, tellement. J’avais oublié ou je ne me l’était jamais avoué. Je l’admets en souriant, tu as vu ça je souris en avouant, un peu garce, l’idée que vous avez de moi, mon sourire légèrement triste pourtant, toujours un peu mélancolique, vous l’aimiez tant, oh comme vous l’aimiez ! Vous le répétiez sans cesse. Cette manière qu’à mon visage de ne jamais rien réclamer. Je mentais. Qu’est-ce que cela fait aujourd’hui? Cela peut faire un tout petit peu mal, c’est la seule raison, ne croyez-vous pas? “

“HELENE. Tu lui parles sur un autre ton.

PIERRE. Je parle comme je veux à qui je veux.

PAUL. Ecoute, Hélène, tu as besoin de cet argent tu pouvais très bien lui expliquer les choses …

HELENE. Ce n’était pas une très bonne idée. Nous nous débrouillerons autrement. Nous n’en avons pas besoin, pas vraiment. Nous nous en sommes passés jusqu’à aujourd’hui, qu’est-ce que cela fait? Rien de très vital.

PIERRE. Attention. J’étais d’accord sur tout. Je n’ai posé aucun problème. Ne commencez pas à sous-entendre que c’est à cause moi …

HELENE. Ta gueule !

PIERRE. C’est incroyable, elle vient de redire « ta gueule », elle dit « ta gueule » à tout le monde, elle ne sait plus die que ça … Bon, ça m’est égal.

PAUL. Moi non plus, j’espère que tu l’as noté, je n’étais opposé à rien…

ANNE. C’est un garçon drôlement arrangeant non?

PAUL. Pourquoi est-ce que tu dis ça? C’est vrai, c’est lui, là, l’autre …

ANNE. Ne l’appelle pas l’autre. “

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous et soyez informés de nos prochaines publications...

Adresse e-mail non valide
Vous pouvez vous désabonner à tout moment !