Catégories
Théâtre contemporain

Neuf mouvements pour une cavale, de Guillaume Cayet

Neuf mouvements pour une cavale, nous raconte la violence. La violence de l’agonie d’un secteur agricole en détresse, la violence de la confrontation entre les autorités et ceux qui s’y opposent, et celle de la mort d’un homme abattu par les forces de l’ordre.

Jérôme Laronze a repris l’exploitation familiale dans un contexte morose pour tout le secteur. Déterminé à faire évoluer les pratiques de la production bovine, il refuse de se soumettre aux normes administratives et sanitaires européennes. Lors d’un ultime contrôle où ses bêtes doivent être saisies, l’éleveur prend la fuite durant 9 jours épuisants, avant d’être abattu dans le dos à bord de son véhicule par un des gendarmes chargés de la saisie.

La sœur de Jérôme essaie de comprendre comment elle a perdu son frère, et cherche dans les dernières années avant le drame, raconte l’intimité familiale, les combats du secteur, les étapes de la lutte acharnée avec les autorités, et surtout l’absence d’enquête sur l’homicide.

Structurée en neufs mouvements évoquant des actes ou les tâtonnements d’une enquête policière, la pièce monte en intensité jusqu’au drame annoncé.

S’attaquant à des faits réels et au sujet sensible des violences policières, Guillaume Cayet mêle brillamment le récit touchant d’une famille forte et désarmée et la rigueur de la reconstitution des faits. Cette pièce informée, argumentée et sensible fait honneur au rôle politique du théâtre.

Lucie Huber

Catégories
L'auteur du mois Théâtre contemporain

L’autrice du mois : Kate Tempest

« La voix unique de son époque ». C’est ainsi que le New York Times qualifie la jeune britannique Kate Tempest. Romancière poétesse, dramaturge et rappeuse, elle s’essaie à différents genres avec un bonheur égal.

Ses albums font l’objets de critiques dithyrambiques dans la presse musicale. La foule se presse à de ses concerts. A 35 ans à peine, la native de la banlieue londonienne étonne par son rythme et son énergie.

En France, les éditions de l’Arche suivent son parcours dramatique et poétiques.  Après l’étonnant poème urbain Les Nouveaux anciens où nos existences contemporaines étaient éclairées par les mythes antiques, est paru Fracassés, chronique sociale pleine de rage et de lyrisme.

Cette année est éditée pour la première fois en français Inconditionnelles, pièce de femmes rappelant la série Orange is the new black. Il faut se plonger d’urgence dans cette prose nerveuse et révoltée.

Catégories
Nouveautés Théâtre contemporain

Par la fenêtre ou pas

Pierre Notte signe une pièce à la croisée de plusieurs genres théâtraux, entre comédie du langage, portrait de caractères et fable policière.

Les pièces de Pierre Notte frappent toujours par leur caractère fantaisiste doublé d’une grande rigueur dramaturgique. Les sujets les plus graves peuvent être traités de la façon la plus légère ou inversement. Que ce soit dans Perdues dans Stockholm, dans Deux petites dames vers le Nord ou dans Moi aussi je suis Catherine Deneuve, il dessine un théâtre original, aussi drôle que profond.

Dans cette pièce parue en 2017 et rééditée aujourd’hui aux éditions de l’œil du Prince, Pierre Notte livre une fable chorale où sept personnages sont coincés dans un train prisonnier par la neige pendant un trajet entre Paris et Venise. La veuve, la voleuse, la Vénitienne, la mère , le contrôleur, l’adolescent et la jeune fille ont des langages propres qui devront se confronter pour la résolution d’une énigme policière.

Vrai plaisir de lecture, cette pièce est aisément modulable pour qui voudra la jouer (les personnages, traités comme des figures archétypales, peuvent être doublés ou triplés).

Catégories
Nouveautés Théâtre contemporain

Les Femmes de Barbe-Bleue

Un texte explosif entre Kill Bill et Joël Pommerat pour cinq comédiennes

Ecriture de plateau par le collectif féminin Juste avant la compagnie, Les Femmes de Barbe-Bleue raconte l’envers du décor du célèbre conte en faisant vivre les fantômes des épouses cruellement assassinées du célèbre Barbe-Bleue.

Ces mortes bien vivantes se réunissent pour se livrer à un rituel qui a tous les dehors d’une thérapie de groupe. Pour vaincre ou surmonter quoi ? Moins le traumatisme d’une mort violente, finalement, que les feux mal éteints d’une passion auto-destructrice.

Grâce à l’évocation réussie d’un conte fortement ancré dans l’imaginaire collectif, les autrices questionnent au féminin le rapport au plaisir, à la domination, à la passion amoureuse. Elles nous livrent un texte drôle et touchant, pour un théâtre résolument physique, mais aussi onirique.

Cette pièce a reçu le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2019 (plus d’infos). Les comédiennes de tous les âges y trouveront des scènes dialoguées et des monologues à travailler.

L’ Œil du Prince a publié ce texte en 2017. Il reparaît dans une nouvelle édition le 13 février 2020.

  • Les Femmes de Barbe-Bleue
  • Juste avant la compagnie
  • 5 femmes
  • Durée 1 h 10
  • 10 €