L’Hôtel du libre-échange

« Sécurité et discrétion ! Hôtel du Libre-Échange, 220, rue de Provence ! Recommandé aux gens mariés… ensemble ou séparément !… » Telle est la publicité qui, tombée entre les mains de l’entrepreneur Pinglet, suscite chez ce dernier la folle envie de goûter enfin aux joies de l’adultère. Dans le Paris de la Belle-Époque, tromper sa femme – même quand il s’agit de l’acariâtre Angélique Pinglet – n’a toutefois rien d’aisé. Pour serrer dans ses bras la jolie Marcelle, femme de son ami et collaborateur l’architecte Paillardin, Pinglet va devoir affronter une nuit de cauchemar et, dans l’hôtel borgne où il a réussi à l’attirer, échapper à tous ceux qui ne devraient pas se trouver là : Paillardin lui-même, son ami Mathieu et ses quatre filles, la femme de chambre Victoire et le jeune Maxime, sans compter une descente de police. Si les quiproquos se poursuivent au troisième acte, grâce à une cynique inversion entre fautifs et victimes, tout rentre dans l’ordre au dénouement, Victoire constituant une coupable idéale. Mais Pinglet n’est pas prêt d’oublier l’Hôtel du Libre-Échange…

Un fil à la patte

Édition de Jean-Claude Yon

 

Prenez un jeune noceur qui doit quitter sa maîtresse pour faire un beau mariage, une «divette» de café-concert qui ne s’en laisse pas compter, un général sud-américain au tempérament volcanique et au français très approximatif, un clerc de notaire auteur de chansons ineptes. Prenez encore un monsieur à l’haleine douteuse, une jeune fille émancipée, une gouvernante anglaise. Placez ensuite tout ce joli monde dans le salon de la divette, dans une chambre à coucher, puis dans l’escalier d’un immeuble bourgeois, et vous obtiendrez l’un des vaudevilles les plus échevelés de Georges Feydeau. Efficacité garantie! Depuis 1894, Un fil à la patte a fait crouler de rire des générations de spectateurs et de lecteurs.

Feu la mère de Madame

Yvonne vient d’apprendre que sa mère est décédée et accable de reproches son mari, Lucien, qui ne fut pas toujours bon pour la pauvre femme. Mais Lucien ne pense qu’à l’héritage qui va lui permettre de payer ses dettes. Douce illusion, hélas. Il y a eu erreur. La mère de Madame est toujours bien vivante.