famille

Le dernier feu

Deuil et culpabilité, entre intime et tragique.
Une pièce captivante aux personnages fascinants, à la fois torturés et lumineux. Je recommande chaudement !

Comédies tragiques

Modulable, humour et critique socialeToujours sur le fil entre le rire et l’effroi, Catherine Anne déploie une multitude de situations tendues, loufoques ou touchantes qui résonnent en nous avec force.

Le Pays lointain

LE PAYS LOINTAIN drame de Jean-Luc LAGARCE, 7h. – 4f. – Durée 2h00 – L’histoire sans histoire d’un homme dans la France de ces vingt dernières années,…

Juste la fin du monde

JUSTE LA FIN DU MONDE drame de Jean-Luc LAGARCE, 2h. – 3f. – Durée 1h30 – Le fils retourne dans sa famille pour l’informer de sa mort prochaine. Ce so…

Jacques ou la soumission

Une famille toute entière va réussir, par le simple étalage de non-sens, avec une conviction sans faille, à anéantir les espoirs et les rêves de Jacques, enfant de la famille. C’est donc l’histoire de Jacques, que le refus de la condition humaine conduira petit à petit à la soumission la plus complète. Lui, qui s’était …

Jacques ou la soumission Lire la suite »

Le Tartuffe

Un faux dévot s’installe dans la famille d’Orgon dont il fait sa dupe, y vit grassement et manifeste une assez vive sensualité pour courtiser la maîtresse de maison – avant d’être finalement démasqué. Le sujet de sa pièce, Molière dut longuement batailler pour finalement l’imposer en 1669, car, à sa première représentation à Versailles, la …

Le Tartuffe Lire la suite »

Le Choix d’un gendre

LE CHOIX D’UN GENDRE Comédie en 1 acte de LABICHE et DELACOUR (1869) 3 h. – 1 f. – Durée : 25 mn François Trugadin, avant de marier sa fille au comte Emile d…

HAMLET suivi de « Le Roi Lear » drame William SHAKESPEARE – traduction de Yves Bonnefoy, 16h. – 2f. – personnages secondaires – Dur?e 2h30 – Les ?ditions Gallimard, collection Folio classique n?1069

Dans Hamlet, Le roi du Danemark, p?re d’Hamlet, est mort r?cemment. L’oncle d’Hamlet Claudius a remplac? le roi d?funt, et, moins de deux mois apr?s, a ?pous? Gertrude, sa veuve. Le spectre du roi appara?t alors et r?v?le ? son fils Hamlet qu’il a ?t? assassin? par Claudius.?

14 hommes – 3 femmes – Dans Le Roi Lear, Le roi Lear tremble dans sa vieillesse et souhaite abandonner son tr?ne pour qu’il puisse se retirer. Il exige que chacune de ses trois filles lui dise combien elle l’aime, afin qu’il puisse diviser son h?ritage sur eux.

?

Extrait d’Hamlet

?LE SPECTRE. Venge son meurtre horrible et monstrueux.

HAMLET. Son meurtre !

LE SPECTRE. Un meutre horrible ainsi qu’est toujours le meurtre, mais celui-ci horrible, ?trange et monstrueux.

HAMLET. Vite, instruis-moi. Et d’une aile prompte, que l’intuition ou la pens?e d’amour, je vole te venger.

LE SPECTRE. Je vois que tu es pr?t. Et tu serais plus inerte que l’herbe grasse, qui pourrit sur les rives molles du L?th?, si mon r?cit ne t’?mouvait pas : ?coute, Hamlet, on a dit que, dormant dans mon verger, un serpent me piqua. Et tout le Danemark, est ainsi abus?, grossi?rement, par cette relation, menteuse. Mais, sache-le, toi qui es jeune et qui es noble, sache-le : le serpent dont le dard tua ton p?re, porte aujourd’hui sa couronne. ? p 60

?HAMLET. Allez, allez, vous questionnez comme une d?vergond?e.

LA REINE. Comment ! Que dis-tu, Hamlet?

HAMLET. Eh bien, que me voulez-vous?

LA REINE. Oubliez-vous qui je suis?

HAMLET. Oh ! non, par la sainte croix ! Vous ?tes la reine; du fr?re de votre mari vous ?tes la femme, et, ? mon grand regret, vous ?tes ma m?re. ? p 136

Extraits Le Roi Lear

?LEAR. Pour toi et pour les tiens et ? jamais, voici un vaste tiers de notre beau royaume. Il vaut bien en grandeur et valeur et d?lices, celui qui est ?chu ? Gon?ril … Mais, notre joie, bien que notre cadette et la plus petite, toi dont les vins de France et le lait de Bourgogne, se disputent le jeune amour, que vas-tu dire, pour tirer un troisi?me lot qui soit plus riche, que celui de tes soeurs? Parles, veux-tu?

CORD?LIA. Je ne dirai rien, monseigneur.

LEAR. Rien?

CORD?LIA. Rien.

LEAR. De rien ne te viendra rien ! Parle encore.

CORD?LIA. Pour mon malheur, je ne puis ?lever, mon coeur jusqu’? mes l?vres. J’aime votre Grandeur, comme c’est mon devoir, ni plus ni moins.

LEAR. Comment, comment, Cord?lia ? Corrige un peu tes paroles, sinon tu g?tes tes chances.  » p 221

?LEAR. Je vais te dire … ( A Gon?ril) Vie et mort ! Que je suis honteux, que tu aies ce pouvoir d’?branler ainsi mon coeur d’homme, et de voir que ces larmes, qui jaillissent contre mon gr?, te rendent digne d’elles ! Temp?tes, brouillards nocifs, flagellez-la ! Que les incurables blessures, de la mal?diction d’un p?re te d?chirent, en chacun de tes sens ! Vieux tendres yeux, si pour ce motif-l? vous pleurez encore, je vous arrache et je vous jette, avec l’eau que vous r?pandez, pour attendrir la terre ! En sommes-nous donc l?? Soit ! J’ai une autre fille qui, j’en suis s?r, est bonne et me consolera. Qui, apprenant ce que tu fis, viendra avec ses ongles, ?corcher ta face de louve – Et tu verras, que je retrouverai cette majest?, que selon toi j’ai perdue pour toujours.  » p 255

HAMLET suivi de « Le Roi Lear » drame William SHAKESPEARE – traduction de Yves Bonnefoy, 16h. – 2f. – personnages secondaires – Dur?e 2h30 – Hamlet : J’…

Retour haut de page