Paradis (un temps à déplier)

Cet article est une ébauche concernant : Paradis (un temps à déplier)

Aidez-nous à enrichir cette fiche !

Proposer des modifications
Étiquettes :
Nb. de femmes

Nb. d'hommes

Nb d'interprètes

Auteur/Autrice

Pascal Rambert

Clôture de l’amour, la révélation Sa pièce Clôture de l’amour, créée au Festival d’Avignon en 2011 avec Audrey Bonnet et Stanislas Nordey connait un succès mondial. Le texte a reçu en 2012 le Prix de la Meilleure création d’une pièce en langue française par le Syndicat de la Critique et le Grand Prix de littérature […]

En savoir plus

Comment souffres-tu ? souffres-tu avec plaisir ? souffres-tu sans plaisir ? souffres-tu en ayant mal ? aimes-tu souffrir ? aimons-nous souffrir ? comment te sens-tu quand tu souffres ? pourquoi il n’y a que toi qui souffres ? les autres souffrent-ils ? est-ce que tu crois que je peux souffrir comme tu souffres ? est-ce que tu souffres quand tu écris ? est-ce qu’écrire fait mal ? écris-tu ? es-tu sûr d’avoir mal quand tu as mal ? es-tu vexé ? es-tu humilié ? as-tu été humilié ? m’humilieras-tu ? est-ce que tu peux m’humilier ? est-ce que je peux te vexer ? m’as-tu seulement aimée ?

Paradis est une référence à la Divine Comédie de Dante, présente dans les premiers moments de la recherche à travers la référence au temps étalé qui sature l’espace et engendre le mouvement. Le paradis comme le début, le but à atteindre ; le paradis comme le lieu d’où l’on vient, d’où l’on est chassé, l’éternité, l’abolition du temps.

Extraits

« GREG. quand tu fais un spectacle tu t’y prends comment? est-ce que tu veux? ou est-ce que tu veux pas? est-ce involontaire? ou est-ce volontaire? fais-tu taire ta volonté? qu’est-ce qui est mieux? la volonté ou pas la volonté? est-ce que tu crois qu’on veut? faut-il vouloir? » p 19

« GILLES. et c’est ça qui est vexant là où tu croyais le monde mesurable au bout de ton poignet non seulement tu te rends compte que tu es dans le poignet qu’il y fait totalement noir et que tu n’es pas du tout sûr de qui fait bouger le bras si je sais ce que je veux dire

SOPHIE. et tous tu redéploies tous tu fermes et tous tu réouvres

GILLES. et attends c’est pas fini plus ça va plus ça fait peur tu entres dans la sixième vexation qui là t’expulse à mort baby te pulvérise tes dernières illusions et écrase sans ménagement tous les bons sentiments » p 59

SOPHIE. pourquoi as-tu cessé de combattre? as-tu jamais voulu combattre? t’es-tu résigné? te résignes-tu? nous sommes-nous résignés?sommes-nous morts de froid? veux-tu de ma chaleur? m’aimeras-tu? serais-je ton/ta préféré(e)? n’aimeras-tu que moi? » p 65

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous et soyez informés de nos prochaines publications...

Adresse e-mail non valide
Vous pouvez vous désabonner à tout moment !