Liberté à Brême (précédé de Le Bouc et de Les Larmes amères de Petra von Kant)

Cet article est une ébauche concernant : Liberté à Brême (précédé de Le Bouc et de Les Larmes amères de Petra von Kant)

Aidez-nous à enrichir cette fiche !

Proposer des modifications
Genres : boulevard Drame
Étiquettes :
Nb. de femmes

3
Nb. d'hommes

8
Nb d'interprètes

11

Auteur/Autrice

Rainer Werner Fassbinder

Né de la contestation universitaire, le théâtre de Fassbinder se caractérise par sa force subversive.

En savoir plus

Madame Gottfried, née Timm, veuve Miltenberger (Geesche dans la pièce), fut décapitée publiquement le 21 avril 1831 à Brême pour avoir empoisonné à l’arsenic quinze personnes de son entourage. De ce fait divers qui en son temps défraya la chronique, Fassbinder tire une tragédie agressivement naïve de la vie bourgeoise. Geesche surgit du personnage historique comme une combattante spontanée de la lutte des femmes. Sa douce et sainte violence libère aussi bien les oppresseurs que les opprimés. Rien ici d’un message suggéré ; tout affleure, se montre, se dit, se joue.

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous et soyez informés de nos prochaines publications...

Adresse e-mail non valide
Vous pouvez vous désabonner à tout moment !