Affiche du Cercle des Illusionnistes d'Alexis Michalik

Le Cercle des illusionistes

Cet article est une ébauche concernant : Le Cercle des illusionistes

Aidez-nous à enrichir cette fiche !

Proposer des modifications

Auteur/Autrice

Alexis Michalik

Alexis Michalik, né le 13 décembre 1982, est un acteur, dramaturge, metteur en scène, scénariste, réalisateur et écrivain franco-britannique. Comédien autodidacte, il est l’auteur et le metteur en scène du divertissement populaire. Adepte de l’art de raconter des histoires il créait un théâtre vivant et inventif dans lequel le récit et l’action priment. Artiste couronné de multiples Molières, toutes ses pièces, sont toujours à l’affiche et continuent de bouleverser les publics de France et de Navarre !

En savoir plus

Tandis que l’équipe de France de football dispute l’Euro 84, le sac d’Avril est volé dans le métro par Décembre. Mais le jeune homme décide de le rendre à sa propriétaire ! Le destin est en marche. Tous deux vont partir sur les traces de Robert-Houdin, inventeur de la magie moderne, et de Georges Méliès, grande figure du cinéma. Les époques, les lieux et les passions se répondent étrangement. Alors que la vie s’amuse à jouer des tours, l’amour triomphera-t-il des illusions ?


Dans cette comédie vertigineuse maintes fois récompensée, Alexis Michalik, l’auteur talentueux d’Edmond, mêle légèreté, profondeur et merveilleux pour interroger la magie de l’art dans nos existences. Cette pièce brillante, poétique et drôle permet notamment d’étudier le registre comique, la mise en scène et l’art de l’illusion théâtrale. L’appareil pédagogique est suivi d’une interview exclusive de l’auteur !

Extraits

« L’Horloger- Un foulard rouge est agité devant vos yeux. Il est plongé dans une main. La main s’ouvre, elle est vide. Vos cellules grises se mettent à travailler : où est passé le foulard ? Certains savent, d’autres cherchent, les derniers ne veulent pas savoir. Tout est une affaire de perception : les aiguilles du temps tournent à la même vitesse pour tout le monde, pourtant, un enfant attend l’été pendant ce qui lui semble être une éternité, alors qu’un vieillard voit passer une année en clignant des yeux. » début

« Jean.- Qu’est-ce que vous dites ?

L’Escamoteur, qui parle désormais sans accent.- Je me tuerai, vous dis-je. J’ai eu tellement de vies, mon petit Jean. J’ai eu tellement de noms.

Jean.- Votre accent.

L’Escamoteur.- Ton tour viendra.

Jean.- Vous n’avez plus votre accent.

L’Escamoteur.- Ton tour viendra, Jean-Eugène Robert.

Jean.- Comment savez-vous mon nom ?

L’Escamoteur, se levant.- Je sais beaucoup de choses. J’ai eu tellement de vies.

Jean.- Ne vous levez pas !

L’Escamoteur-. J’ai proposé à Euripide son Électre, je suis celui qui introduisit le jeune William à la reine Elizabeth… » p 38

«  Décembre, sortant une photo de sa poche.- Regarde. Elle est super mignonne.

Gérard.- Encore une shampouineuse ?

Décembre.- Architecte.

Gérard, dubitatif.- Architecte ? Elle ?

Décembre.- Spécialisée en ingénierie.

Gérard.- En quoi ?

Décembre. – Des coffres-forts.

Gérard, après un temps.- … Elle ?

Décembre. – Pour les banques, les grosses banques… Elle va jamais me rappeler, c’est sûr. » p 47

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous et soyez informés de nos prochaines publications...

Adresse e-mail non valide
Vous pouvez vous désabonner à tout moment !