Résumé

[wp_ulike]
Ajouter à une liste

Parti d’un souvenir d’enfance qui l’avait beaucoup impressionné, Lorca s’était proposé de composer un simple « documentaire photographique » sans « une goutte de poésie ». Mais son génie en a décidé autrement. Il a fait de La maison de Bernarda Alba, comme l’affirme son frère don Francisco, peut-être la plus poétique de toutes ses pièces. En déplaçant l’action du début du XXe siècle à la veille de la guerre civile dont les premiers crépitements se font entendre, il instaure un climat brûlant de revendications, de troubles sociaux qui s’étend aux domestiques exploités, à toutes les femmes dominées. La prose incandescente brûle toutes les fleurs du lyrisme. Et la poésie dès lors se nomme révolte.


améliorer cette fiche

Distribution

Nb. de femmes : 17 | Nb. d'hommes : 0 | Nb d'interprètes : 17

Durée

100 min.

array(12) { ["post_type"]=> array(3) { [0]=> string(4) "text" [1]=> string(5) "scene" [2]=> string(6) "people" } ["post_status"]=> array(1) { [0]=> string(7) "publish" } ["posts_per_page"]=> int(10) ["offset"]=> int(0) ["order"]=> string(4) "DESC" ["orderby"]=> string(0) "" ["author__in"]=> array(0) { } ["post__in"]=> array(1) { [0]=> string(5) "20406" } ["post__not_in"]=> array(0) { } ["lang"]=> string(0) "" ["no_found_rows"]=> bool(true) ["wp_grid_builder"]=> int(52) }
Retour haut de page