La Bonne Âme du Se-Tchouan

Cet article est une ébauche concernant : La Bonne Âme du Se-Tchouan

Aidez-nous à enrichir cette fiche !

Proposer des modifications
Genres : Drame
Thèmes : guerre
Étiquettes :
Nb. de femmes

4
Nb. d'hommes

12
Nb d'interprètes

16

Auteur/Autrice

Bertolt Brecht

Un auteur majeur du théâtre allemand du XXe siècle, inventeur du concept de distanciation.

En savoir plus

Dans le Se-Tchouan, une province fort reculée de la Chine, trois dieux voyagent. Ils recherchent des justes. Ils en trouvent une seule : Shen Té, la prostituée. Pour la récompenser, ils lui donnent une peu d’argent ; elle quitte son métier, ouvre une boutique de tabac. Les ennuis commencent : passer de l’autre côté de la misère, c’est aussi devoir l’affronter. Misère physique, sociale. Mais aussi misère morale.

Extraits

« WANG. Espèce de balourd bigleux! Tu ne crains donc pas les dieux? Vous rôtirez dans la poix bouillante à cause de votre indifférence! Les dieux vous emmerdent! Mais vous allez le regretter! Vous erez maudits! Jusqu’à la quatrième génération! Vous avez couvert de honte tout le Se-Tchouan. » p 14

« SHEN TÉ. Mais j’ai promis aux vieux de leur rendre leur argent.

SUN. Oui ça tu me l’as déjà dit. Et puisque tu fais ce genre de bourdes, c’est bien que ton cousin vienne. Bois et laisse-nous nous occuper des affaires! On va régler ça.

SHEN TÉ, effrayée. Mais mon cousin ne peut pas venir !

SUN. Ça veut dire quoi?

SHEN TÉ. Il n’est plus là!
SUN. Et comment tu imagines notre avenir, tu peux me le dire?

SHEN TÉ. Je me disais: tu as encore les 200 dollars. Nous pouvons les rendre demain et garder le tabac, qui vaut bien plus et le vendre ensemble devant la cimenterie, parce que nous ne pouvons pas payer six mois de loyer, tu le sais.
SUN. Oublie ça ! Oublie ça vite, petite sœur! Moi, Yang Sun, l’aviateur, je devrais me poster dans la rue à brader du tabac aux ouvriers de la cimenterie! Je préfère encore claquer les 200 billets en une nuit. Je préfère les jeter dans le fleuve ! » p 85

« SHEN TÉ. Pourquoi est-ce que vous êtes si méchante? Piétiner son semblable, est-ce que ça n’est pas épuisant? La veine du front, se gonfle dans l’effort de vouloir posséder. Tendue avec naturel. Une main donne et reçoit avec la même légèreté. C’est seulement lorsqu’elle saisit avec avidité qu’elle doit faire un effort. Comme c’est tentant d’offrir ! Qu’il est agréable d’être gentil! Un mot encourageant, s’envole comme un soupir heureux.  » p 98

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous et soyez informés de nos prochaines publications...

Adresse e-mail non valide
Vous pouvez vous désabonner à tout moment !