La beauté du geste

Cet article est une ébauche concernant : La beauté du geste

Aidez-nous à enrichir cette fiche !

Proposer des modifications
Étiquettes :

Auteur/Autrice

Olivier Saccomano

Cet article vous a plu ?Cet article vous a plu ?Inscrivez-vous et soyez informés de nos prochaines publications... Adresse e-mail non valide Vous pouvez vous désabonner à tout moment !Merci de votre abonnement !

En savoir plus

Cette pièce est née de deux états d’urgence. Celui déclaré par l’État français en novembre 2015, et celui qui était le nôtre à ce moment-là, dans notre aventure de troupe : un certain désarroi, qui nous imposait d’entrer dans un labyrinthe où se croisaient nos existences historiques, le travail de notre art, les rôles que l’époque faisait naître sous nos yeux. Elle est née de cette conjonction et de cette errance qui, partant de nos pauvres corps de théâtre, a attiré à elle les grands corps de l’État (la police et la justice). Sa structure comprenait initialement trois mouvements égaux : les acteurs sans pièce, une pièce jouée par ces acteurs, et un procès intenté à ces acteurs pour avoir joué cette pièce. Elle s’est resserrée lorsque les rôles de la pièce centrale sont apparus (des gardiens de la paix CRS). La première partie est devenue une ouverture, la troisième un bouclage du théâtre, et la logique des mouvements s’est troublée, passant d’un plan à un autre comme dans un rêve : acteurs, CRS, magistrats, spectateurs, prévenus… la réalité se creusant, en écart à elle-même.
Personnages : Au minimum 3 acteurs et 2 actrices pour interpréter l’ensemble des personnages (28) mais le nombre d’acteurs peut être adapté.

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous et soyez informés de nos prochaines publications...

Adresse e-mail non valide
Vous pouvez vous désabonner à tout moment !