Résumé

[wp_ulike]
Ajouter à une liste

Entre les murs d’une prison, cinq individus sont réunis le temps d’un cours d’art dramatique : un metteur en scène et sa collaboratrice, deux détenus et une assistante sociale. Ils se dévoilent peu à peu et, de vies chaotiques en destins brisés, de confidences en belles rencontres, offrent un spectacle aussi drôle que bouleversant.

Dans cette pièce pleine de surprises, Alexis Michalik mêle humour et sensibilité, montrant combien le théâtre peut donner vie à ces histoires tourbillonnantes dont il a le secret, sans répit jusqu’au dénouement final. L’étude de ce texte, recommandée dans les programmes d’enseignement professionnel, permettra notamment de découvrir les codes du théâtre et d’aborder la thématique du théâtre dans le théâtre. L’appareil pédagogique est suivi d’une interview exclusive de l’auteur.

Extraits

 «  ALICE. Vous savez c’est très compliqué, pour eux, de venir aux ateliers, ils doivent remplir pas mal de paperasse et …

« RICHARD, la coupant. Ah mais c’est peut-être très compliqué pour eux mais pour moi c’est pas possible. (aux détenus) Je suis désolé, messieurs, nous avons une… pénurie de… de détenus, je crois que je vais devoir annuler le cours. » p 195

« RICHARD. Ah donc en tout, tu as passé vingt-huit ans en… en prison ?

KEVIN. Ouais, enfin… deux fois quatorze.

RICHARD. La vache ! Ah oui c’est … c’est … c’est long. Mais, euh … Tu as fait quoi pour … ? Non t’es pas obligé de … Oublions cette question. », p 209

« RICHARD. Écoutez, moi je veux bien aller dans votre sens, mais quand même : vous venez à un cours de théâtre et vous ne voulez pas faire de théâtre, vous voulez pas faire d’exercice, alors pardon, vous avez peut être passé vingt-huit ans en prison, mais vous êtes pas obligés de jouer au dur parce que c’est dur pour tout le monde ! (montrant Alice) Alice, elle a perdu son père quand elle avait que trois ans dans un accident de voiture ! Jeanne … (cherchant)  elle a été opérée de la cataracte et elle a failli mourir ! Et moi … Moi je me suis fait larguer, par ma femme, dont j’étais très amoureux, et j’ai perdu la garde de mes deux enfants, vous avez des enfants, vous ? (ils secouent la tête) C’est atroce, de pas voir ses enfants quand on veut ! De perdre la femme qu’on aime, de savoir qu’on va plus se réveiller chaque matin à ses côtés… » p 211


améliorer cette fiche

Durée

min.

array(12) { ["post_type"]=> array(3) { [0]=> string(4) "text" [1]=> string(5) "scene" [2]=> string(6) "people" } ["post_status"]=> array(1) { [0]=> string(7) "publish" } ["posts_per_page"]=> int(10) ["offset"]=> int(0) ["order"]=> string(4) "DESC" ["orderby"]=> string(0) "" ["author__in"]=> array(0) { } ["post__in"]=> array(1) { [0]=> string(4) "2767" } ["post__not_in"]=> array(0) { } ["lang"]=> string(0) "" ["no_found_rows"]=> bool(true) ["wp_grid_builder"]=> int(52) }
Retour haut de page