Girls & Boys

Cet article est une ébauche concernant : Girls & Boys

Aidez-nous à enrichir cette fiche !

Proposer des modifications
Genres : Drame
Thèmes : amour femme forte violence
Étiquettes :
Nb. de femmes

1
Nb. d'hommes

Nb d'interprètes

1
Durée

90 min.

Auteur/Autrice

Dennis Kelly

Dennis Kelly est un acteur, scénariste et dramaturge britannique. Il est l'héritier du théâtre "in yer face" (Sarah Kane, Martin Crimp, Mark Ravenhill...), courant du théâtre anglais des années 90 dans le sillage d'Antonin Artaud. Ses pièces sont jouées et traduites dans le monde entier.

En savoir plus

Une femme dont on ne connaîtra jamais le nom raconte l’histoire de sa rencontre et de sa relation avec son mari, dans un monologue au ton léger et décalé. Cependant, la comédie joyeuse des débuts – rencontre truculente dans une file d’attente d’EasyJet, relation amoureuse et enfants – vire rapidement au drame. Scénariste réputé et maître de l’asphyxie, l’auteur cisèle un foudroyant retournement de situation. Comment bascule-t-on de l’idylle à l’horreur la plus brutale ? Qu’est-ce qui pousse un être humain à commettre l’impensable ? Denis Kelly explore les ressorts enfouis de la masculinité, des relations amoureuses, de la filiation et de la folie, à travers cette puissante tragédie, jouissive et mélancolique.

Extraits

« Et c’est là que j’ai réalisé que j’avais 25 ans et que je n’avais eu en tout et pour tout que trois partenaires sexuels; le premier juste pour une nuit, le deuxième pendant six mois et le dernier pendant quatre ans. Alors j’ai rentré tout ça dans un tableur Excel et j’ai eu le choc de découvrir qu’à ce rythme-là j’allais rester avec mon prochain mec pendant 326 ans. Alors j’ai décidé de changer de cap. Je me suis amusée. De l’alcool, des drogues, beaucoup de cocaïne et de partenaires différents – c’était sympa et drôle et aussi destructeur et un peu déprimant et étrangement froid et dérangeant mais aussi stimulant – confus. C’était confus.  » p 8

« Dans les mariages il se faisait toujours draguer. Toujours. Il portait bien le costume. Dans les mariages il y en avait toujours une pour lui faire des avances. Et de temps en temps – juste de temps en temps – il répondait aux avances, l’enfoiré. Ouais il aimait plutôt bien regarder les filles. Et c’était … OK, je veux dire, on aime ça être regardées, non? Alors … alors ouais, non, OK. C’est pas grave.  » p 38

« On s’était toujours disputés, mais il y avait des limites qu’on ne dépassait pas. Vous voyez, comme si quelque part dans ces moments-là vous vouliez protéger la personne que vous aimez, alors que vous n’avez qu’une envie c’est de lui foutre un gros coup de marteau dans les dents. Mais là c’est comme si tous les freins avaient lâchés et qu’on dévalait la pente à toute vitesse avec une seule envie, faire mal à l’autre. Vous vouliez juste qu’il souffre.  » p 53

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous et soyez informés de nos prochaines publications...

Adresse e-mail non valide
Vous pouvez vous désabonner à tout moment !