Antigone

Présentation

ANTIGONE drame de SOPHOCLE – traduit du grec ancien par Florence Dupont, 4h. – 3f. – Durée 3h00 – Si un mythe est une histoire, une fable simple et fr…

Améliorer cette fiche
Étiquettes :
Nb. de femmes

3
Nb. d'hommes

4
Nb d'interprètes

7
Durée

180 min.

Auteur/Autrice

Sophocle

Cet article vous a plu ?Cet article vous a plu ?Inscrivez-vous et soyez informés de nos prochaines publications... Adresse e-mail non valide Vous pouvez vous désabonner à tout moment !Merci de votre abonnement !

En savoir plus

ANTIGONE drame de SOPHOCLE – traduit du grec ancien par Florence Dupont, 4h. – 3f. – Durée 3h00 – Si un mythe est une histoire, une fable simple et frappante, qui relate des événements fondateurs ayant pour vocation d’expliquer pourquoi le monde est ce qu’il est, Antigone est un mythe par excellence. Antigone nous est sympathique parce qu’elle a le courage de se révolter contre Créon, qui incarne la machine broyeuse de l’État. Il interdit l’enterrement du frère d’Antigone, Polynice, mort lors de son combat avec Étéocle, son frère. Polynice était certes dans son tort, parce qu’il a essayé de conquérir la ville par les armes. Mais Etéocle aurait dû lui céder la place pacifiquement, car ils s’étaient entendus pour régner chacun un an à tour de rôle. Antigone ne peut accepter le verdict de Créon. Elle veut pour Polynice un enterrement selon la tradition. Elle se réfère aux dieux, à des lois plus puissantes que celles des hommes. Créon justifie son refus « avec des arguments politiques : il veut le châtiment pour que cela serve de leçon aux autres. Il parle au nom de la Raison d’État et le cadavre de Polynice doit rester dehors, sous les murs de la ville, en proie aux chiens. Certes, Créon est antipathique. Mais Antigone, sans vouloir entendre « raison », s’embourbe également dans un discours qui mène le conflit à son dénouement tragique. Sous l’influence des sophistes, dans l’Athènes de la deuxième moitié du Ve siècle avant notre ère, la société grecque perdait ses bases religieuses et l’État s’arrogeait de plus en plus le droit d’être la seule référence de son action et du comportement prescrit aux citoyens. Sophocle a voulu donner un avertissement. Depuis lors, cette tragédie n’a cessé de hanter la culture européenne, jusqu’à Brecht et au-delà. La traduction de Florence Dupont est philologiquement exacte et d’une limpidité parfaite. Plus rien de ce côté fumeux qui caractérise trop de traductions classiques.

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous et soyez informés de nos prochaines publications...

Adresse e-mail non valide
Vous pouvez vous désabonner à tout moment !