Catégories
L'auteur du mois

Stéphan Wojtowicz vous présente La Sainte Catherine, sa dernière pièce !

Il y a d’abord le grand Gilbert Grancouraud, sculpteur injustement méconnu, qui porte en haute estime son art et sa personne.
Il y a également le capitaine Martin Cazeaux, médecin-chef débordé, qui voue un profond respect à son uniforme, en général, et à ses galons, en particulier.
Il y a aussi Alphonse Plumet, pauvre poilu, simple soldat.
Et puis, il y a Catherine, les pieds sur terre et la tête sur les épaules.

Le capitaine et le sculpteur seraient probablement prêts à débattre de « l’Art de la guerre », ou encore de « la Guerre dans l’art », mais ils n’en
auront pas le loisir, trop préoccupés qu’ils sont à cultiver leur suffisance et se gonfler de leur orgueil.

Alphonse Plumet, lui, pense beaucoup à son pied qu’il a modestement offert au Chemin des Dames. Quant à Catherine… À l’heure où la « patrie reconnaissante » de peu de choses a imaginé de faire figurer un héros en place publique, baïonnette au poing et drapeau en avant, il est possible qu’il n’ait ni les traits d’un sculpteur, ni même ceux d’un capitaine. Et quitte à ériger une statue pour le soldat inconnu, autant qu’il soit méconnaissable pour ne faire de tort à personne.

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous et soyez informés de nos prochaines publications...

Adresse e-mail non valide
Vous pouvez vous désabonner à tout moment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *