Catégories
A jouer

Pièces horrifiques

« Trick or treat ?  » Vous l’aurez compris, nous profitons d’Halloween pour vous proposer une sélection de pièces frissonnantes. Horreur, monstruosité, meurtre… le courage n’a pas d’âge !

59 CONTES HORRIFIQUES DE COMMENTRY LA ROUGE , de Christian Siméon

À Commentry la Rouge, première municipalité socialiste du monde, ville aux douze puits de mine et aux cent cafés, la malédiction rôde depuis le meurtre sanglant d’Albert Crache le sorcier, il y a plus d’un siècle. Quatre histoires horrifico-gastronomiques à déguster sans modération.

FACE AU MUR, de Martin Crimp

Ces trois pièces courtes nous entraînent dans les dédales d’un inquiétant univers urbain. On y entend des voix anonymes et familières, nous raconter des histoires de personnes comme les autres -nos contemporains- qui sont elles-mêmes -à notre image- habitées par des voix. L’auteur interroge tour à tour le conformisme et le conservatisme, l’ultra violence et le terrorisme.

LA TOILE D’ARAIGNÉE, d’Agatha Christie

Alors qu’elle passe la soirée en compagnie de son parrain et de ses amis Clarissa Hailsham-Brown reçoit une visite étrange. Un certain Olivier Costello tente de la faire chanter. Le ton monte, mais le visiteur finit par s’en aller. Un peu plus tard dans la soirée, il est retrouvé mystérieusement assassiné. Clarissa, qui a découvert le corps, tente de le cacher…

LE DRAGON, d’Evguéni Schwartz

Tous les ans, la plus belle fille est donnée en pâture au monstre ailé à 3 têtes.
Un thème récurrent dans l’œuvre de Schwarz : une puissance maléfique qui peut symboliser le fascisme et la guerre met en péril le bonheur humain. Quelques uns acceptent de se battre mais combien d’autres démissionnent…

ROBERTO ZUCCO, de Bernard-Marie Koltès

Roberto Zucco, dangereux criminel, s’évade de prison le soir même de son arrestation. Débute alors une cavale folle, trépidante, haletante. Tantôt violent, tantôt touchant, ce personnage flamboyant surprendra tous les protagonistes qui croiseront sa route. Personne n’en sortira indemne, car ce héros, d’une lucidité tranchante, agit comme un miroir révélateur qui entraîne ceux qui le côtoient vers une vérité souvent mortelle. 

JUILLET, d’Ivan Viripaev

Monologue d’un septuagénaire, meurtrier sadique qui poignarde son voisin, décapite un clochard sous un pont, démembre un prêtre qui lui a donné refuge puis dévore par amour une infirmière dans l’hôpital où il est interné. Un texte qui explore les complexités d’une psyché humaine brisée, il est poétique dans la forme comme dans l’esprit, en ce sens qu’il saute au-dessus des causalités et des explications logiques.

LES MONSTRES, de Grégoire Kocjan et Karine Bernadou

Sorcières, vampires, fantômes, ogre, loup-garou… les monstres se sont réunis pour une fête de tous les diables ! Soudain, l’un des invités s’évanouit. Stupeur ! C’est un enfant déguisé qui s’est glissé parmi eux. Attention à lui, aux yeux des monstres, rien n’est plus monstrueux qu’un humain…

L’OGRELET, de Suzanne Lebeau

L’Ogrelet vit seul avec sa mère dans une maison au cœur d’une forêt dense, en retrait de la communauté villageoise. Le jour où il commence à fréquenter l’école et les autres enfants, il découvre sa différence : il est le fils d’un ogre que sa mère a passionnément aimé. Pour se délivrer de son attirance irrépressible pour le sang frais, il devra affronter trois épreuves dont il sortira grandi. 

SACRÉES SORCIÈRES, d’après Roald Dahl

Roald Dahl a perdu ses parents dans un accident de voiture et il vit avec sa merveilleuse grand-mère. Mais les Sorcières rôdent partout, en quête de chair fraîche, et traquent les petits enfants…
Sept courtes pièces en forme de variations à partir du célèbre roman de Roald Dahl.

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous et soyez informés de nos prochaines publications...

Adresse e-mail non valide
Vous pouvez vous désabonner à tout moment !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.