Catégories
Quarante pièces pour votre quarantaine

By Heart, de Tiago Rodrigues

Tiago Rodrigues est auteur, metteur en scène et directeur du Théâtre national de Lisbonne. Dans By Heart, édité chez Les Solitaires Intempestifs, il nous raconte l’histoire de sa grand-mère. Une vieille femme, qui sentant la cécité arriver, lui demande de choisir un livre, qu’elle pourrait apprendre par cœur. Un livre qu’elle pourrait lire mentalement, quand ses yeux lui manqueront.

Tiago Rodrigues convoque alors sur scène dix spectateurs, auxquels il lance le défi d’apprendre par cœur, le sublime texte qu’il a choisi : le sonnet n° 30 de Shakespeare.

Expérience participative, dans laquelle les spectateurs deviennent passeurs, la mémoire est au centre de cette pièce. La mémoire de ce qui touche. La mémoire de la beauté et de la puissance des vers. Tiago Rodrigues est un amoureux des textes. À travers cette pièce, il rend hommage à ses racines et à la Littérature. Il cite des extraits de Georges Steiner, de la Bible, de Ray Bradbury. Des pans de textes qui l’accompagnent au quotidien et qui apparaissent comme des actes de résistance contre l’oubli.

À travers ce texte, Tiago Rodrigues signe une sorte de profession de foi, une ode à la transmission par le biais de la mémoire et de la parole. By Heart, nous rappelle, avec beauté et simplicité, la nécessité d’être ensemble, tout en meublant et en décorant notre intérieur. Car personne ne peut altérer ce qui se trouve en nous.

« Quand je fais comparoir les images passées

Au tribunal muet de songes recueillis

Je soupire au défaut des défuntes pensées

Pleurent de nouveaux pleurs les jours trop tôt cueillis

Des larmes oublieux, mon œil alors se noie

Pour les amis celés dans la nuit de la mort

Rouvre le deuil de l’amour morte s’apitoie

Au réveil sépulcral des intimes remords

Je souffre au dur retour des tortures souffertes

Je compte d’un doigt las, de douleur en douleur

Le total accablant des blessures rouvertes

Et j’acquitte à nouveau ma dette de malheur

Mais alors, si mon âme, Ami, vers toi se lève

Tout mon or se retrouve et tout mon deuil s’achève »

Catégories
Quarante pièces pour votre quarantaine

Les deux timides d’Eugène Labiche

Labiche fut certes un auteur prolifique (presque 180 pièces à son actif) mais surtout très bien entouré. Ses co-auteurs s’élevèrent en effet au nombre de 46 !

Le vaudeville, avec lui, a pris ses lettres de noblesse. Né en 1815, mort en 1888, il fut un observateur scrupuleux de la petite bourgeoisie.

Son sens de la comédie, sa manière de traquer les travers humains, ses répliques cinglantes en font un dramaturge toujours fort agréable à lire et à jouer.

Les deux timides met en scène Thibaudier, bon bourgeois dont la timidité pathologique cause bien du tracas. N’osant refus la main de sa fille Cécile au très loquace Garadoux, il se trouve dépourvu lorsque cette même fille lui annonce qu’elle a jeté son dévolu sur un autre homme, lui aussi extraordinairement timide. Cécile constatant l’inertie de son père et son bien-aimé va décider de reprendre la situation en main.

Cette peinture de caractère est rythmée, vive, joyeuse. On trouve là tout le génie de Labiche, perspicace et léger.

Catégories
Quarante pièces pour votre quarantaine

Hilda de Marie NDiaye

Romancière et dramaturge incontournable, Marie NDiaye a remporté le prix Fémina en 2001 et le prix Goncourt en 2009.

Maîtres et valets. Cette relation a été explorée par de nombreux dramaturges, de Plaute à Marivaux, en passant par Ben Johnson et Molière. Cette relation est riche, paradoxale, souvent malsaine, parfois cruelle. La pièce de Marie NDiaye se passe à une époque où l’égalité des êtres est érigée en principe fondamental. Notre époque.

Mme Lemarchand cherche quelqu’un qui pourra s’occuper de son ménage, de ses enfants et qui pourra lui tenir compagnie. Elle croit avoir trouvé la perle rare en la personne d’Hilda. Mme Lemarchand est pleine de bonnes intentions. Elle ne souhaite pas exploiter Hilda. Elle veut la façonner, la modeler, en faire une femme éclairée, consciente du monde qui l’entoure. Un mécanisme infernal se met alors en place. Petit à petit et presque malgré elle, Mme Lemarchand n’aura plus qu’une ambition: assujettir Hilda.

Cette fable sur la domination et la bonne conscience peut être dérangeante. C’est bien un signe qu’elle nous concerne tous.

Catégories
Quarante pièces pour votre quarantaine

Une petite sirène, de Catherine Anne

Autrice, metteuse en scène et dramaturge, Catherine Anne est publiée chez Actes Sud-Papiers et chez l’École des Loisirs pour son théâtre jeune public.

Tout le monde connait l’histoire de La petite sirène, le seul conte qui ait réussi à faire pleurer son auteur, Hans Christian Andersen, tandis qu’il l’écrivait. Catherine Anne s’empare de ce conte noyé entre deux monde et nous en livre une version moderne, chaleureuse et pleine d’humour. Une petite sirène est un bel objet ludique et théâtral.

Le jour de ses 15 ans, Petite sirène rêve des merveilles de la terre ferme. Plongée dans l’ennui abyssal des fonds marins, elle fantasme sur les joies et les bruits exaspérants de là-haut. En parallèle, au Château de Terrebrune, le Prince veut fêter ses 16 ans, en mer, sur le plus beau navire de son père. Le Roi des mers, désireux de garder auprès de lui, sa fille qui lui échappe, fait éclater une tempête. La mer se déchaine et le Prince de Terrebrune tombe à l’eau. Il sera sauvé par Petite sirène qui le rejoindra sur terre, après avoir passé un pacte avec la Sorcière des mers.  

Catherine Anne reste fidèle au récit initiatique. Elle y ajoute une pointe de fantaisie et d’humanité. Les situations cocasses s’enchainent. La Sorcière, qui vole la voix de Petite sirène, en croquant sa langue, se retrouve connectée à ses indomptables pensées. La Reine, se coince une lombaire en apprenant à faire la révérence. La famille est placée au centre de la pièce. Une tendresse se dégage des foyers. L’accent est mis sur l’écoute, la communication et le soutien familial. Chez Catherine Anne, les hommes ont plus d’ampleur que chez Hans Christian Andersen. Des hommes protecteurs et sous le charme, qui n’hésitent à pas exprimer leurs sentiments.

Car au final c’est bien d’amour dont il est question. Et que peut bien faire l’amour d’une petite sirène? Se métamorphoser encore et toujours, au grè du vent…

Catégories
Quarante pièces pour votre quarantaine

Henri IV de Luigi Pirandello

En mars 1934, le dramaturge italien Luigi Pirandello reçoit le prix Nobel de littérature. Ce trophée lui est attribué pour son « renouvellement hardi et ingénieux de l’art du drame et de là scène ». Pirrandello est un révolutionnaire, un découvreur. Son sens de l’humour et de la nuance lui permet d’explorer avec brio les frontières du réel et de l’imaginaire, comme l’on pu faire, bien avant lui, Calderon ou Shakespeare.

Dans Henri IV, le thème de la folie, cher à l’auteur, est au cœur de l’intrigue. Depuis une chute de cheval survenue vingt ans plus tôt, le personnage principal se prend pour l’empereur Henri IV du Saint-empire romain germanique. Autour de lui, tout est fait pour le maintenir dans cette illusion: son neveu a ordonné que l’on joue la cour de l’empereur. Chacun tient son rôle (avec plus ou moins de bonheur) mais chacun s’interroge : jusqu’où peut-on jouer la comédie ? Ne risque-t-on pas de sombrer soi-même à force de feindre ? Avec une apparente guérison du faux empereur, ces questions deviendront cruciales.

Tout est jeu, tout est raison, tout est folie. Quel est notre responsabilité là-dedans ? C’est cette question passionnante que nous pose Pirandello.

Catégories
A jouer Comédie

Les Trois Glorieuses, une nouvelle comédie en tournée en 2020

La nouvelle comédie de Bruno Druart et Patrick Angonin sera en tournée avec Sophie Darel, Danièle Gilbert et Evelyne Leclerq.

Trois amies de toujours, trois routardes du PAF, deviennent trois rivales lorsqu’il s’agit de décrocher une nouvelle émission diffusée en prime-time.

Cette comédie écrite sur-mesure pour Sophie Darel, Danièle Gilbert et Evelyne Leclerq s’amuse avec tendresse des aléas du show-business en nous rappelant que la jeunesse est avant tout un état d’esprit !

Catégories
A lire A offrir Coups de coeur

Les Contes de Shakespeare

William Shakespeare règne en maître sur le théâtre mondial depuis plus de quatre siècles. Tragédies, comédies, drames historiques… l’oeuvre du Barde semble infinie… si bien qu’on ne sait parfois par où commencer à son exploration.

Forts de ce constat, les britanniques Mary et Charles Lamb se sont attelés, au début du XIXe siècle à adapter l’oeuvre de Shakespeare sous forme de contes.

D’abord destinées aux enfants, ces adaptations rencontrèrent vite un immense succès jusqu’à devenir des classiques incontournables.

Alors que ces contes n’avaient pas été traduits en français depuis 150 ans, les éditions Belles Lettres les font paraître cette année dans une langue remaniée, élégante et vive.

N’hésitez pas à vous plonger dans ce bel ouvrage (peu onéreux par ailleurs) qui vous transportera du Danemark à Vérone, de Venise aux landes de Bretagne, des sinistres manoirs aux forêts enchantées.

Catégories
A jouer Comédie

Réédition événement : les Sardines grillées de Jean-Claude Danaud

Immense succès depuis sa première parution en 1982, Les Sardines grillées de Jean-Claude Danaud offre une magnifique partition pour deux comédiennes, l’une jeune, l’autre plus âgée.

Sous la légèreté de son titre et de ses dialogues très fins, se cache une intrigue caustique sur fond de misère sociale.

Le public s’attachera au personnage de Victoire, la clocharde mal-aimée et à celui de Solange, la jeune domestique un peu naïve.

Catégories
A lire L'auteur du mois Théâtre contemporain

L’autrice du mois : Kate Tempest

« La voix unique de son époque ». C’est ainsi que le New York Times qualifie la jeune britannique Kate Tempest. Romancière poétesse, dramaturge et rappeuse, elle s’essaie à différents genres avec un bonheur égal.

Ses albums font l’objets de critiques dithyrambiques dans la presse musicale. La foule se presse à de ses concerts. A 35 ans à peine, la native de la banlieue londonienne étonne par son rythme et son énergie.

En France, les éditions de l’Arche suivent son parcours dramatique et poétiques.  Après l’étonnant poème urbain Les Nouveaux anciens où nos existences contemporaines étaient éclairées par les mythes antiques, est paru Fracassés, chronique sociale pleine de rage et de lyrisme.

Cette année est éditée pour la première fois en français Inconditionnelles, pièce de femmes rappelant la série Orange is the new black. Il faut se plonger d’urgence dans cette prose nerveuse et révoltée.

Catégories
Coups de coeur Le théâtre de la jeunesse

Quatre pièces jeunesse sur les scènes parisiennes en mars

 L’enfance n’est pas une thématique, c’est un point de vue. Le théâtre jeunesse est un théâtre des adultes, se décentrant par un retour fictif en terres d’enfance. En miroir du Parcours Enfance & Jeunesse, qui débutera le 3 mars, au Théâtre de la Ville, la Librairie Théâtrale vous propose de découvrir quelques pièces jeune public, qui marqueront le mois de mars.

Créé en partie pour les enfants, à partir de neuf ans, L’Amour vainqueur, d’Olivier Py, signe la quatrième exploration de l’auteur, dans l’univers des frères Grimm. Entre alexandrins et opérette, cette pièce retrace la violence et la destruction d’un monde. Une jeune femme forcée d’épouser le fils du roi d’Angleterre, est enfermée dans une tour durant sept années. Pendant ce temps, l’homme qu’elle aime erre dans les rues. Manipulé et trompé, il se cache, tentant de survivre. C’est grâce au Théâtre que les personnages retrouveront une forme de dignité.

Vous pouvez retrouver ce texte mis en scène du 03 au 08 mars  dans le cadre du Parcours enfance et jeunesse du Théâtre de la Ville, au 104.

Avec Normalito, Pauline Sales répond à une commande de Fabrice Melquiot. S’intéressant aux super-héros, il lui demande de se pencher sur les « super-normaux ». Lucas est un élève de CM2, isolé dans sa condition d’être sans particularité. Le jour où sa maîtresse demande à toute la classe de dessiner un super-héros, Lucas trace le portrait de Normalito, celui qui rend les gens normaux.  Á travers cette fable, qui retrace différents portraits, Pauline Sales, interroge la notion de normalité et de différence, tout en aspirant à un vivre ensemble.

Vous pouvez retrouver ce texte mis en scène du 13 au 15 mars dans le cadre du Parcours enfance et jeunesse du Théâtre de la Ville, au Carreau du Temple.

En 2014, David Lescot écrit J’ai trop peur, sa première pièce sur l’enfance, à destination de la jeunesse. Les grandes vacances ne sont pas synonyme d’insouciance, de soleil et de plaisir pour tous les enfants. Le personnage principal de J’ai trop peur, est un petit garçon d’une dizaine d’années. Il s’apprête à passer son dernier été d’écolier avant de rejoindre le collège. Un passage redouté, qu’il appréhende chaque jour avec angoisse et apriori. Avec ce parcours initiatique nécessaire, David Lescot s’amuse, usant d’un humour cruel propre aux enfants.

Six années plus tard, nous retrouvons ce petit terrorisé, le jour de sa rentrée en sixième. Dans J’ai trop d’amis, nous suivons les premiers pas et l’intégration de ce garçon projeté dans l’inconnu. Avec ce texte, David Lescot poursuit sa sensibilisation aux différentes étapes de l’enfance. Maintenant qu’il a appris à gérer et à surmonter ses peurs, le jeune garçon devra s’imposer face aux garçons et aux filles. L’humour passe toujours par le langage. Au collège, tout est formulé au premier degrés. Les adolescents s’expriment avec sérieux et gravité, il en va de leur popularité.

Vous pouvez retrouver ce texte mis en scène du 21 au 29 mars  dans le cadre du Parcours enfance et jeunesse du Théâtre de la Ville, à L’Espace Cardin.

Hercule à la plage est une comédie dramatique, de Fabrice Melquiot, auteur d’une vingtaine de pièces pour la jeunesse. Il dessine une fresque identitaire autour de trois garçons, qui enfants, se confrontaient au héros mythique Hercule, pour séduire la même fille. Adolescents, il se retrouvent sur une plage, celle des adieux et de la vérité. Fabrice Melquiot chemine avec malice dans les labyrinthes dramatiques et créait le contraste. Avec ce texte, il interroge l’équilibre ténu entre la normalité et l’extraordinaire lié à l’enfance.

Vous pouvez retrouver ce texte mis en scène du 24 avril au 03 mai dans le cadre du Parcours enfance et jeunesse du Théâtre de la Ville, à L’Espace Cardin.