Catégories
Quarante pièces pour votre quarantaine

Les Suppliants, d’Elfriede Jelinek

La romancière et dramaturge autrichienne Elfriede Jelinek a été récompensée en 2004 par le prix Nobel de littérature. L’adaptation cinématographique par Michael Haneke de la Pianiste, son roman le plus lu, a reçu le Grand prix du 54e festival de Cannes.

L’écriture d’Elfriede Jelinek se distingue par sa crudité et la virulence de son ton. La dénonciation des injustices est particulièrement marquée. La colère affleure à chaque réplique et donne à ses ouvrages un relief poétique souvent remarquable.

La pièce les Suppliants tire son titre d’un des plus anciens textes de théâtre dont nous ayons gardé mémoires: les Suppliantes d’Eschyle. Dans cette tragédie antique, les cinquante filles de Danaos fuient l’inceste qui leur est promis et prennent le chemin de l’exil.

Elfriede Jelinek, révoltée par le sort que son pays, l’Autriche, réserve aux demandeurs d’asile, revisite le mythe pour parler des migrations actuelles.

La rage et le lyrisme contenus dans les Suppliants interpellent. Tout est à fleur de peau mais tout est maîtrisé : Jelinek sait toucher juste.

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous et soyez informés de nos prochaines publications...

Adresse e-mail non valide
Vous pouvez vous désabonner à tout moment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *