Catégories
A écouter On dirait du théâtre

Amis pour la vie…

Les séparables de Fabrice Melquiot (Arche éditeur), lu par Sophie Richez et Benjamin Aboulker avec Savannah Macé

Sabah et Romain, 9 ans et 9 ans et demi, vivent dans des immeubles à la lisière de la ville. Sabah est d’origine algérienne mais elle se dit Sioux, de la tribu des Dakota, et elle chasse le bison blanc dans la forêt mystérieuse, proche du lotissement. Romain est un cowboy français, avec son fidèle destrier de bois. Ils se rencontrent en bas de l’immeuble, la mère de Sabah a préparé des makrouts, pour ce Romain qui est bien seul. Selon lui, ses parents peuvent l’oublier dans un coin et partir manger des huîtres au restaurant. Romain n’arrive pas à prononcer le nom de ce gâteau et il a entendu ses parents dire des choses peu aimables sur les Arabes. Ainsi débute une amitié qui devient bientôt un peu plus qu’une amitié…

L’auteur, Fabrice Melquiot, est écrivain, metteur en scène et performer. Il a publié une soixantaine de pièces de théâtre. Il dirige depuis 2012 le Théâtre Am Stram Gram de Genève, Centre International de Création et de Ressources pour l’Enfance et la Jeunesse.
Il a été auteur associé à plusieurs théâtres et a collaboré avec de nombreux metteurs en scène. Son travail a souvent été récompensé : Grand Prix Paul Gilson de la Communauté des radios publiques de langue française, prix SACD de la meilleure pièce radiophonique, prix Jean-Jacques Gauthier du Figaro, Prix Jeune Théâtre de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre, deux prix du Syndicat National de la Critique : révélation théâtrale et meilleure création d’une pièce en langue française…
Ses textes sont traduits dans une douzaine de langues.

Catégories
A écouter On dirait du théâtre

Lecture de Michelle doit-on t’en vouloir d’avoir fait un selfie à Auschwitz ? de Sylvain Levey

Lecture de Michelle doit-on t’en vouloir d’avoir fait un selfie à Auschwitz ? de Sylvain Levey ; éditions Théâtrales
Par Sophie Richez et Benjamin Aboulker avec Savannah Macé

La pièce est le Grand prix de littérature dramatique en 2018, à retrouver sur le site d’Artcena.

Qui est Michelle ? Ou plutôt  : qui est @uneviedechat ? Une adolescente insouciante ou mal élevée ? On assiste ici à la confrontation de deux mondes : celui des « vieux », qui regardent défiler le paysage, et celui des jeunes, prompts à le mettre en boîte, ce beau décor, avec leurs smartphones tout équipés et ultraconnectés. C’est à ce nouveau monde qu’appartiennent Kim, Angèle, Michelle, Sélim et Abel. Et c’est l’ancien monde qu’ils viennent visiter en allant découvrir à Auschwitz l’horreur des camps de concentration, ce souvenir dur et froid, qui ne résistera pas, cependant, au sourire de Michelle et au déclenchement de son appareil photo…
A-t-elle accompli son devoir de mémoire en prenant ce selfie ? A-t-elle sali le passé en posant devant les vestiges de la Shoah ? Les avis divergent sur les réseaux sociaux, les commentaires fusent, et la Toile se referme sur Michelle, prisonnière virtuelle d’un harcèlement numérique cruel. L’écran devient le point de confluence entre le réel et l’image, et redessine nos espaces de parole et de liberté.
La pièce a fait partie de la sélection Collidram en 2019.et elle a remporté le Grand Prix de Littérature Dramatique en 2018

L’auteur : Sylvain Levey est auteur et acteur. Depuis 2004 (année où paraissent Ouasmok ?, aux éditions Théâtrales, et Par les temps qui courent, chez Lansman Éditeur), il a écrit près de trente textes de théâtre très remarqués, aussi bien pour les enfants ou les adolescents qu’à destination d’un public adulte. La plupart a été publiée aux éditions Théâtrales et tous ont été mis en scène.
Il travaille souvent en résidence et répond à des commandes d’écriture, à l’occasion desquelles il aime s’impliquer auprès des structures et de leur public, en France et à l’étranger.
Son premier texte, Ouasmok ?, a reçu le Prix de la pièce de théâtre contemporain pour le jeune public (Bibliothèque de théâtre Armand-Gatti et Inspection académique du Var) 2005. Sylvain Levey a été lauréat des Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre 2003 et de Nîmes Culture 2004 pour Ô ciel la procréation est plus aisée que l’éducation. Il a reçu en 2011 le Prix de littérature dramatique des collégiens Collidram pour Cent culottes et sans papiers et, en 2015, le Prix de la Belle Saison pour l’ensemble de son œuvre jeune public remis par le Centre national du théâtre. Il a été finaliste du Grand Prix de littérature dramatique en 2005 avec Ouasmok ? et en 2008 avec Pour rire pour passer le temps, et du Grand Prix de littérature dramatique jeunesse en 2018 avec Michelle doit-on t’en vouloir d’avoir fait un selfie à Auschwitz ? également sélectionné pour plusieurs autres prix et réédité en collection « Folio+Collège » en 2019.

Musique : ça va trop vite de Big Flo & Olie

Catégories
A écouter On dirait du théâtre

Vie virtuelle, vie réelle… c’est pas très étanche

Lecture de Fake de Claudine Galea (Editions Espaces 34), par Sophie Richez et Benjamin Aboulker avec Savannah Macé


La pièce
Deux jeunes filles, encore au lycée, sont les « meilleures amies ». L’une ne pense qu’aux garçons, l’autre non. La première tombe amoureuse d’un musicien anglais sur les réseaux sociaux, la seconde la conseille. La pièce explore le thème des relations amoureuses et de la séduction au travers des usages numériques des jeunes d’aujourd’hui. Une approche subtile des risques liés aux réseaux sociaux et des sentiments complexes éprouvés à l’adolescence.

L’écriture est proche de la poésie, tout en explorant les formes textuelles de la communication numérique, sans réduction, ni pour la langue théâtrale ni pour l’invention dont font preuve les jeunes usagers de l’écriture numérique.

L’amour se nourrit de déclarations. Le désir, le manque, l’attente sont exaltés par les mots. Et les réseaux sociaux les véhiculent si facilement, si rapidement. La tentation est grande de jouer avec, de se laisser aller à la manipulation. Mais n’est-ce pas un piège terrible que l’on fabrique à soi-même ?

Cette pièce a fait partie de la sélection Collidram en 2020.

L’autrice
Claudine Galea est autrice dramatique et romancière. Lauréate du Grand prix de littérature dramatique jeunesse en 2019 pour Noircisse et du Grand prix de littérature dramatique en 2011 pour Au Bord, du prix Collidram pour Au Bois et du prix Radio SACD pour l’ensemble de son travail radiophonique. Elle publie également des romans et des albums pour la jeunesse. Elle est autrice associée au Théâtre National de Strasbourg sous la direction de Stanislas Nordey, et membre du comité de rédaction de la Revue Parages.

Musique : Stromae – Carmen

Catégories
A écouter On dirait du théâtre

Genre ou pas genre

Le poisson belge

Lecture par Isabelle Mazin et Didier Sipié avec Pascale Grillandini

Le poisson belge de Léonore Confino – éd Actes sud-papiers

C’est l’histoire de Grande Monsieur et de Petit fille. Quand une petite fille colle à un vieux monsieur, s’invite chez lui, le menace de raconter plein de choses s’il la vire, on se dit « Encore une histoire de mœurs ! » mais on a tout faux… L’enfant réclame de l’attention, dérange le quotidien millimétré de ce vieux célibataire, et par la clairvoyance et l’innocence de ses question, révèle des nœuds qu’il doit démêler pour enfin se trouver : s’affranchir de son enfance, reprendre ce qui lui a été retiré. Une confrontation subtile, drôle et caustique entre deux êtres marginaux et divisés, qui peut-être trouveront leur unité… dans cette  pièce nominée en 2017 pour le prix Collidram et lauréate du prix Sony Labou Tansi.

L’auteure, Léonore Confino a été nominée aux Molières 2016 dans la catégorie « Auteur francophone vivant ». En 2009 et 2010, elle écrit Ring et Building respectivement sur les thèmes du couple et du travail, publiées aux éditions L’œil du Prince.
Elle codirige avec Catherine Schaub les productions du Sillon.

Le poisson belge a été  jouée en 2015 au théâtre de la Pépinière avec Géraldine Martineau et Marc Lavoine ; pour ce rôle, Géraldine Martineau a reçu le Molière de la révélation féminine.

Léonore Confino vient d’achever sa dernière pièce 1300 grammes, autour du cerveau humain et de la plasticité neuronale…

Catégories
A écouter On dirait du théâtre

Lecture de Avril, de Sophie Merceron, L’école des loisirs

Lecture par Isabelle Mazin et Didier Sipié avec Pascale Grillandini

La pièce Avril a reçu le Grand Prix de Littérature dramatique Jeunesse (2020), délivré par d’Artecena Centre national des arts du cirque, de la rue et du théâtre.

Et cet épisode s’écoute aussi sur le site d’Artcena.

Depuis que sa mère est partie, Avril fait des cauchemars. Il a peur du noir et surtout du loup plat. Il n’aime pas l’école, s’enferme souvent dans le placard, déteste prendre son bain et il n’a pas de copains : sauf un, Stéphane Dakota, qu’il est le seul à voir. Son père fait tout ce qu’il peut pour l’aider mais ce n’est pas facile. Jusqu’au jour où Isild vient donner des cours à Avril, à domicile…

L’autrice : Formée au Conservatoire National de région de Nantes, Sophie Merceron est comédienne et auteur. Elle participe également, en tant que lectrice, à différents festivals littéraires, dont « Écrivains en bord de mer », « Meeting » ou « Impressions d’Europe ». En 2006, elle fonde le café littéraire « L’Ogre à Plumes » qu’elle anime avec passion. Sa dernière pièce Manger un phoque est paru en septembre 2020. Elle a reçu l’Aide à la création (printemps 2018) et elle est lauréate pour Avril du Grand Prix de Littérature dramatique Jeunesse (2020).

Catégories
A écouter On dirait du théâtre

Genre ou pas genre…

Mon frère, ma princesse

Lecture de : Mon frère, ma princesse, de Catherine Zambon, éditions L’école des loisirs

par Isabelle Mazin et Didier Sipié avec Pascale Grillandini

Présentation Estelle Laurentin – Texte choisi avec Pascale Grillandini et Savannah Massé

Alyan est un petit garçon qui préférerait être une princesse ou une fée, porter des robes roses… Sa mère s’inquiète, son père ne voit rien. À l’école, on se moque de lui… Seule sa sœur Nina est consciente de son chagrin et le défend envers et contre tous.
De manière extrêmement moderne et fluide, le texte passe de la narration au dialogue, du récit à une adresse directe, du passé au présent. Alyan aimerait être une fille, il le ressent comme une évidence et une nécessité, ce qui pousse son entourage à se positionner.

Mon frère, ma princesse, écrite en 2012 pour le jeune public (primaires-collégiens), a reçu le prix Collidram et le Prix Armand Gatti 2013.

Son autrice, Catherine Zambon, après des études au conservatoire de la région de Lille, commence une carrière d’actrice, de metteur en scène et d’écrivain. Elle dirige des ateliers d’écriture pour différents publics. Parmi ses nombreuses pièces, on peut citer Le Jardin d’agrémentCatarinettoLa Héronnière et, plus récemment, La Mauvaise.
« La Bielleuse », « La Berge haute », « L’Oca », « Les Rousses » ont été écrites en direction du jeune public à l’invitation de France Culture. Une version de « Sissi pieds-jaunes » a été réalisée et diffusée par France Culture en février 1998.

Catégories
A écouter On dirait du théâtre

Deuils d’enfances

Maman dans le vent

Lecture d’un extrait de Maman dans le vent, de Jacques Descorde, éditions L’Ecole des loisirs

par Isabelle Mazin et Didier Sipié avec Pascale Grillandini

À la suite du décès de sa mère, une petite fille part en voyage avec son père, au bord de la mer. Très vite, elle comprend que le chagrin de son père est au moins aussi grand que le sien. Elle devra inventer bien des ruses et trouver beaucoup d’amour pour que l’un et l’autre retrouvent enfin le chemin d’un retour à la vie.

L’auteur Jacques Descorde est auteur, metteur en scène acteur et réalisateur. Il a écrit plus d’une dizaine de pièces. Cofondateur, avec l’auteure Emmanuelle Marie, de la compagnie et du Théâtre des Docks à Boulogne-sur-Mer, il collabore avec le PACT et l’Hippodrome-Scène Nationale de Douai.

Sa pièce, Maman dans le vent, est retenue par le bureau des lecteurs de la Comédie Française, pour le prix Collidram et le LABO007-Entractes-SACD.

Catégories
A écouter On dirait du théâtre

Nos amis les animaux… sont de vraies bêtes de scène !

Lecture d’un extrait de : L’Arche part à huit heures, de Ulrich Hub, adapté et traduit par Micha Herzog ; éditions Alice Jeunesse
par : Isabelle MazinPascale Grillandini et Didier Sipié

Présentée par Estelle Laurentin

Trois pingouins discutent sur la banquise : « C’est qui, Dieu ? — Il est grand, tout-puissant et invisible ! — Invisible ? Mais alors, comment savoir s’il existe vraiment ? » Absorbés par leur discussion, ils ne voient pas tout de suite que la pluie s’est mise à tomber. Et quelle pluie ! Un vrai Déluge ! L’arche partira à huit heures mais attention il n’y aura pas de place pour tout le monde.  Les personnages sont des animaux qui font partie de l’univers familier des enfants : des pingouins rigolos, certes, mais aussi philosophes… prétextes pour accéder à de questions difficiles et souvent sans réponse.

L’auteur : Cette pièce est adaptée d’un roman d’Ulrich Hub, comédien et metteur en scène allemand très reconnu sur les scènes allemandes ; il est aussi auteur de scénarios.
Il a été lauréat du Prix de la littérature dramatique pour l’enfance (Pays-Bas-Allemagne) en 2000.

Pour découvrir plus de pièces pour la jeunesse, il y a aussi les box de théâtre jeunesse proposées chaque mois par notre partenaire, La Librairie Théâtrale.

Musique : Un petit oiseau, un petit poisson – Juliette Greco

Et bientôt… On dirait du théâtre affronte sans peur la tristesse du deuil dans ses prochains épisodes, avec deux pièces pleines de vie : Avril de Sandrine Merceron, Grand prix de littérature dramatique en 2020 ; puis Maman dans le vent de Jacques Descorde.

Catégories
A écouter Parlez-nous de théâtre !

Parlez-nous de théâtre #8

Léonore Confino est une jeune autrice dramatique à succès. Passionnée par les textes contemporains, elle s’essaye à la scène, qu’elle quittera pour écrire sa première pièce Ring. Une pièce qui marque le début d’un travail dramatique, sociétal et profondément symptomatique de notre société.

À l’occasion de la réédition des Uns sur les autres, par les éditions L’Œil du Prince, Léonore Confino nous a rendu visite.

Catégories
A écouter Parlez-nous de théâtre !

Parlez-nous de théâtre #7 Laëtitia Guédon

Laëtitia Guédon se forme à l’école du Studio d’Asnières en tant que comédienne, puis au Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris en mise en scène. Elle fonde en 2006 la compagnie 0,10 et dirige de 2009 à 2014 le festival Au féminin à Paris. Son premier spectacle Bintou de Koffi Kwahulé (en résidence au TGP de Saint-Denis) se crée en 2009 à la Chapelle du Verbe Incarné à Avignon, où il remporte le prix de la Presse. Elle est nommée en 2016 à la direction des Plateaux Sauvages, fabrique artistique et culturelle de la Ville de Paris, où elle accompagne des artistes professionnels dans le développement de leur projet. Ce lieu, au carrefour de la création professionnelle et de la transmission artistique, est une pépinière de talents ouverte à tous les publics. Elle enseigne par ailleurs à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. En 2020, elle devait créer Penthésilé·e·s/Amazonomachies sur le mythe de Penthésilée, dont elle confiera l’écriture à Marie Dilasser, lors de la 74e édition du festival d’Avignon.

1.La pièce de confinement : Penthésilé·e·s/Amazonomachies, de Marie Dilasser

2. Un auteur : Koffi Kwahulé

3. Une autrice : Marie Dilasser / Carole Thibaut

4. La dernière pièce vue : Des Putains meurtrières, de Roberto Bolaño par Julie Recoing

5. La claque dramatique : Attila, de Corneille

6. Une réplique marquante : Dans Samo, Tribute to Basquiat, de Koffi Kwahulé, « Toujours la même vieille merde »

7. Un lieu théâtral : Les Plateaux Sauvages

8. Le personnage de théâtre qu’elle voudrait être : La Bintou, chez Koffi Kwahulé

9. La pièce à offrir : Une pièce de Marie Dilasser ou de Koffi Kwahulé

10. La pièce pour initier quelqu’un au théâtre : Une pièce de Wajdi Mouawad